Landscapes-Afterwar(d)s

Landscapes-Afterwar(d)s s’inscrit dans une réflexion sur la mémoire des lieux à l’épreuve des guerres et des conflits. Si la nature est elle-même meurtrie par un passé violent, comment témoigner de l’après coup des paysages ? Comment un paysage qui a connu des crimes d’une grande ampleur peut-il offrir une visibilité de l’Histoire ? Partout où des conflits ont existé, la question du paysage est essentielle pour déchiffrer les strates mémorielles d’événements enfouis qui manifestent de façon diffuse, malgré le passage du temps, la réalité de ce qui a été. Comment conférer alors une existence visuelle à des « paysages-mémoires » ? Cette exposition est le premier résultat de deux ateliers laboratoires conduits au Cambodge, réunissant des étudiants de Master, des doctorants de l’Université Paris 8 et de l’Université royale des beaux-arts du Cambodge ; sous diverses formes leur travail interroge aussi bien la mémoire historique que la situation sociale et politique du pays. A Faux Mouvement, elle constitue le second volet du projet Le paysage après coup présenté en décembre 2017, consacré à la scène artistique cambodgienne post-khmer rouge. Il s’agit ici de mettre en évidence les pratiques expérimentales issues des ateliers laboratoires du programme IDEFI-CréaTIC conduits dans le contexte singulier du Cambodge contemporain. Patrick Nardin

Atelier-Laboratory Souvenirs and Landscapes :  Paris - Phnom Penh  2017/18 with the University Paris 8

View of the exhibition, Faux Mouvement Contemporary Art Center, Metz 2018
Running Phnom Penh, digitalized super8 films, silent, loop, installation with cathode ray monitors, 2018

The maddening traffic of Phnom Penh is a melting pot of tuk-tuks, two-wheelers, cars and pedestrians. Filmed in super 8, bodies and faces are the subjects of a montage which attempts to choreograph the effervescent Cambodian capital.

Pop Phsar Kandal, digital images in loop, 2018

Une soixantaine de chemises à fleurs de femmes en mouvement, photographiées de dos au marché Phsar Kandal à Phnom Penh. Les motifs floraux, influencés par la tradition ornementale asiatique, sont intégrés au quotidien dans les habitudes vestimentaires. L’ornemental témoigne d’une tradition ancienne à travers la culture populaire contemporaine, ici véhiculée par l’identité féminine.

LOVE, digital images in loop, 2018

A sequence of images shot at Diamond Island’s amusement park in Phnom Penh. In the deserted streets of Diamond Island’s monumental and kitsch urbanism, the amusement park’s multicolored lights, screams and strong emotions arise as on a dreamlike stage, between enchantment and illusion.