Si par une nuit d’hiver

Les fleurs, Making of, 2001-2006, 36 planches contact, 24 x 30 cm chaque.

Les planches contact réunies ici correspondent au travail préparatoire pour la série Les fleurs (2002-2007). Plusieurs années après avoir achevé ce projet, je décidais d’intégrer les planches en l’état pour tapisser un mur, ou n’en accrocher que quelques unes. Elles témoignent du dispositif analogique mis en œuvre pour le projet initial, du nombre de fleurs qui passèrent le casting, et des nombreux résultats obtenus selon leur espèce, leur couleur et celle du fond.

Plaques sensibles, 2009, série de 16 images, impressions pigmentaire, 24 x 30 cm.

Ces boîtes de plaques sensibles évoquent l’histoire de la photographie et les fantasmes liés à l’image mécanique. Les couvercles de ces reliquaires de lumière déclinent les notions de vitesse, de vérité, de perfection, de sensibilité ou de vision cartographique, selon un vocabulaire emprunt d’une certaine fraîcheur, à l’image de leur graphisme pimpant.

Film rouge (Ça tourne !), 2014, vidéo HD, sonore, 2’55’’.

Un moulin à vent et un ventilateur. Les hélices et le son du moteur rappellent le mouvement d’un projecteur de films ici remplacé par la vidéo. Les deux objets se mettent en marche en une mise en scène minimale, entre marionnette, couleur pure et principe cinématographique élémentaire.

Pop Up, collage papier, 12 x 12,3 cm, avec marge 27,3 x 20,8 cm

Ce collage de petites dimensions fait partie d’un travail sur papier entamé aux allentours de 2017. Une pratique facile à mettre en œuvre, qui permet de recycler des magazines, de produire des images qui dépassent notre réalité sensible et de voir des motifs familiers resurgir : ici, la représentation de l’espace.

Monochrome blanc, 2017, collage papier, 20 x 27 cm

À l’intérieur de Moby Dick, de Herman Melville, se trouve un chapitre intitulé La blancheur de la baleine. Il s’agit ici d’un extrait des images et des adjectifs qui qualifient le blanc et la blancheur pour former un nouveau poème et, si l’on veut, un monochrome blanc littéraire.

Les pierres tombales, 2006, série de 9 photographies, impressions jet d’encre, haut. 80 cm, long. variable.

Dans cette série, la prise de vue adhère à la forme du sujet dont la planéité et le format prédéfinissent le cadrage. L’image prétend à un faible écart entre la représentation et son objet. La surface du marbre s’altère au contact des éléments selon un principe semblable à celui qui gouverne la photographie analogique ; un lien s’établit entre la nature de l’objet et les modalités de son enregistrement.

Collier, 2017, os, ficelle, suspension, dia. 10 cm, longueur 4,50 mètres env.

Le projet de ce collier a pris forme en collectant et en blanchissant des os à moëlle. Expérience d’un rituel de purification aussi inattendue que la blancheur obtenue. L’objet nommé est défait de sa fonction initiale, il subit un changement d’échelle et acquière un statut de reliquat ; motifs qui circulent dans l’ensemble du travail, qu’il s’agisse de photographies ou comme ici d’une installation.